PRISE EN CHARGE DE PERSONNE AYANT SUBI DE LA MALTRAITANCE .

TYPE DE MALTRAITANCE POURVANT ÊTRE PRISE EN CHARGE:

  • Maltraitance physique, violence physique

  • Abus sexuel, viol

  • Maltraitance psychologique : harcèlement, manipulation, dévalorisation à répétition

La première séance repose sur l'écoute et l'échange avec la personne : 

  • comment relate-t-elle les actes/épisodes de maltraitance ?

  • Comment réagit-elle ?

  • S'oppose-t-elle à la maltraitance ?

  • Dans quelle situation démarre la violence?

  • Est elle en danger ?

  • Cache-t-elle des éléments ? Que cache-t-elle pour protéger l'auteur des violences ?

  • La famille a-t-elle déjà connu des épisodes et actes de violence ?

  • Pourquoi la personne ne peut pas s'affirmer, dire stop , explications données lors du premier RDV

  • La personne a peur de faire éclater la famille, le couple etc

  • La personne a peur des représailles

  • Est-ce qu'on va me croire ? 

  • Est-il possible de se reconstruire définitivement d'actes de maltraitances : la réponse est oui : explications données sur le processus de réparation suivant l'histoire de la personne

Cette séance dure entre 1H30 et 2 heures et permet de dresser un bilan de l'histoire de la personne et de l'ensemble de la famille.

Une évaluation sera faite afin de voir si c'est de ma compétence ou non de suivre cette personne.

IL EST IMPOSSIBLE DE RÉPARER UNE MALTRAITANCE EN DEUX OU TROIS SÉANCES AU NIVEAU DE L'INCONSCIENT 

On peut arriver à nettoyer les premières couches de sur -stress mais le noyau n'est pas réparé...

Il y a un processus de réparations pour travailler les maltraitances. Il est indispensable de respecter les résistances de l'inconscient autrement risque de submersion émotionnelle et de décompensation ! 

Il faut d'abord réparer la sécurité affective, la confiance en soi, restructurer la personne et quand tout est bien mis en place, on peut aller travailler en profondeur sans risque, en douceur. La personne pourra gérer ses émotions .

Processus de travail : 

  • réparer la sécurité affective et en la vie

  • l'affirmation de soi, de pouvoir poser des limites

  • libérer la culpabilité, la honte

  • aide à la verbalisation de cette maltraitance et exprimer les émotions .

  • réparation sur le respect de soi

  • reconnaître au niveau du limbique que l'enfant est victime et en  rien responsable de ce qui est arrivé, ce sont les actes des adultes qui sont inacceptables et parfois punissables par la loi.

  • voir les conséquences que cela a eu dans la vie de la personne et reconstruction

  • travail sur la valeur de la personne

  • Ensuite quand la personne sera structurée dans une sécurité, l'inconscient envoie lui même le noyau du traumatisme et on peut réparer en profondeur et couper définitivement . 

  • Il est conseillé de travailler ces mémoires de traumatismes aussi dans le physique, il y a des thérapeutes compétents dans ce domaine. 

 

  • w-facebook
  • Twitter Clean